L'éprouvette

Les plantes patrimoniales, témoins des changements climatiques

Projet Val d’Hérens 1950/2050

© Hans Braxmeier / Pixabay

Les plantes patrimoniales font partie du quotidien des habitant·e·s de Suisse depuis de nombreuses générations. Souvent définies comme menacées ou rares, elles sont de précieux témoins des changements climatiques. Les folklores et traditions leurs attribuent des significations symboliques. Elles comprennent également des espèces et variétés alimentaires adaptées localement aux climats des montagnes, des plantes médicinales ou issues de la cueillette sauvage et des végétaux qui accompagnent certaines formes d’agriculture traditionnelle.

Lors d’une randonnée participative dans le Val d’Hérens, vous définirez, en compagnie d’un·e spécialiste, quelles sont les plantes patrimoniales de la région et partagerez vos savoirs sur celles-ci, les usages que vous en faites et vos connaissances sur leur répartition. Les trouve-t-on au même endroit qu’en 1950 ou 1990 ?

Vous analyserez ensuite les risques et les bénéfices liés au changement climatique pour les espèces concernées sur la base de modèles scientifiques : en 2050, auront-elles monté en altitude, disparu ou, au contraire, seront-elles davantage présentes à certains endroits ?

Infos pratiques

bubble_chart
Rencontres et ÉvénementsSciences participatives
textsms
NatureDurabilité
today
01.08.2022 - 31.08.2022
schedule
10h - 15h
place
Val d’Hérens, Valais
credit_card
Gratuit
accessibility
Enfants et FamillesAdultes
face
12 - 15 ans15 - 18 ansAdultesSeniors
groups
6 à 24 participant·e·s

Limites planétaires

  • Changement climatique
  • Changements d’utilisation des sols
  • Érosion de la biodiversité

Objectifs

  • Définir ensemble quelles sont les plantes patrimoniales du Val d’Hérens
  • Partager ses connaissances sur les plantes patrimoniales et l’évolution de leur présence/absence dans un contexte de changement climatique
  • En interrogeant les habitant·e·s du Val d’Hérens sur leurs connaissances et leur utilisation des plantes de la région, l’équipe du Jardin botanique Flore-Alpe met en parallèle ses connaissances et recherches avec la perception des utilisateur·trice·s

Chercheur·e·s UNIL

  • Christophe Randin, Département d’écologie et évolution (DEE), Faculté de biologie et de médecine
  • CIRM – Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne, UNIL
  • Jardin Botanique Flore-Alpe et son Centre alpin de phytogéographie (CAP)

Remarques

De bonnes chaussures de marche et un équipement de randonnée (veste de pluie, bouteille d’eau, pic-nic) sont requis

Prérequis

Une bonne condition physique est nécessaire