L'éprouvette

J’ai mal à la Terre !

Quelle place pour nos émotions et ressentis dans les enjeux écologiques ?

© patpitchaya /Canva

De nouveaux termes tels qu’éco-anxiété, solastalgie, collapsalgie ou encore écopsychologie se font de plus en plus entendre autour de nous. Mais que signifient-ils, et pourquoi devient-il de plus en plus primordial d’en parler ?

Dans une société de plus en plus technologique et bétonnée, le lien tissé entre l’être humain et la nature semble toujours s’étioler davantage. Selon la vision dualiste où « Nature » est opposée à « Culture », nous, humains, serions construits dans une illusion de séparation avec le monde vivant dont nous faisons pourtant indéniablement partie.

Selon l’éco-psychologie, cette illusion de séparation est au cœur des dégradations écologiques actuelles, celle-ci ayant masqué les conséquences réelles de nos impacts sur le monde. Sorte de réveil douloureux mais nécessaire, l’éco-anxiété se présente comme l’une des manifestations de notre reconnexion à la nature, exprimée par de la tristesse, de la colère et, parfois, une paralysie face à l’ampleur de la situation.

Cet atelier propose d’explorer les notions théoriques entourant les vécus et émotions liés aux enjeux écologiques, tout en participant à des exercices expérientiels. S’informer et expérimenter les émotions soulevées par les enjeux écologiques actuels peut mener à une nouvelle vision écocentrée, tout en vivant le mieux possible avec ces nouveaux ressentis.

Infos pratiques

bubble_chart
Ateliers scientifiques
textsms
NatureSantéDurabilité
today
Dates au choix
timer
1h30
place
Dans votre établissement scolaire · UNIL - Forum L'éprouvette
credit_card
Gratuit pour les écoles vaudoises / Consulter notre politique tarifaire / Consulter notre politique tarifaire
accessibility
ScolairesAssociations et Entreprises
face
AdultesDegré secondaire II
groups
6-24 participant·e·s

Objectifs pédagogiques

  • Apporter une meilleure compréhension de l’éco-anxiété et des concepts reliés
  • Offrir un moment de partage d’émotions et de vécus
  • Sensibiliser aux relations entre les humains et les autres vivants
  • Repenser à sa place en temps qu’humain dans la toile de la vie : vision éco-centrée
  • Penser à nos ressources personnelles et collectives pour faire face
  • Prendre soin de soi et des autres dans un futur incertain
  • Explorer son rapport au monde et aux enjeux écologiques actuels et futurs

Chercheure UNIL

Sarah Koller, chargée de projets au Centre de compétences en durabilité, Faculté des géosciences et de l’environnement

Partenaires

  • Centre de compétences en durabilité, UNIL
  • Espace Transitions, UNIL